L’autre jour, il m’est arrivé une belle expérience sur le chemin reliant la salle de réunion de mon client préféré à la station de métro dans laquelle je m’apprêtais à m’engouffrer machinalement. Une jeune personne avec un T shirt jaune citron m’a demandé si j’avais cinq minutes. D’habitude j’esquive, en lançant un « je suis pressé » de bonne foi et je m’engouffre. Mais là il faisait beau, je n’étais pas si pressé et puis, c’était demandé gentiment, d’une manière simplement engageante.

Je me suis arrêté et je l’ai écouté me présenter, avec une conviction et une fluidité rares, l’engagement de son association. Elle y mettait tout son coeur, son pitch était percutant et juste. Surtout elle était vraie. Les valeurs qu’elle défendait étaient ses valeurs, les combats de son association pour lutter contre les violences faites aux femmes ou l’embrigadement des enfants soldats étaient ses combats. Elle donnait envie de s’engager, alors je me suis engagé, sans hésiter. Je lui ai fait un feedback direct en lui disant qu’elle m’avait bluffé, qu’elle avait un vrai talent de communication transcendé par sa sincérité, qu’elle faisait un super job et que son association avait de la chance. Elle m’a remercié chaleureusement. Elle m’a expliqué qu’elle était fière de ce qu’elle faisait mais que son travail était dur, qu’elle recevait très rarement des encouragements ou même un sourire. Elle m’a dit que mon retour bienveillant allait lui donner la pêche pour les quelques heures de démarchage qu’il lui restait à faire.
Cette improbable rencontre de 10 minutes nous a procuré à chacun une très grande joie. J’étais heureux d’avoir pris le temps d’écouter puis de m’engager. J’étais heureux d’avoir fait un feedback positif. J’étais heureux de l’impact de ce feedback. La personne qui a reçu mon message bienveillant a absorbé beaucoup d’énergie positive et me l’a renvoyée, dans un cercle vertueux extrêmement puissant. La gratitude génère du bien-être pour celui qui l’émet et pour celui qui la reçoit.
Et puis, à aucun moment je n’ai eu en face de moi une personne faisant un job ingrat de démarchage de base. J’avais face à moi l’incarnation des valeurs d’une association engagée. Ca m’a fait pensé à la petite histoire du tailleur de pierres qui explique fièrement que son métier n’est pas de casser péniblement des cailloux mais de construire des cathédrales !
tailleur