Engagé depuis plus de 20 ans pour le développement du bien-être et de la réussite, Philippe Rodet travaille activement à la création de protections contre le stress.

Faire la part des choses

Spontanément, nous sommes assez peu aptes à faire la part des choses. Si nous avons deux bonnes nouvelles et une mauvaise, la dernière suffira à nous donner l’impression que la journée s’est mal passée. Si, un jour, nous avons une bonne nouvelle, le lendemain, son effet est très atténué. Si, au contraire, nous subissons une mauvaise nouvelle, le lendemain, son souvenir est intact.

Souvent, dans les moments difficiles, on va repenser à nos soucis, altérer la qualité de notre sommeil et donc nos capacités à récupérer. Et le lendemain sera pire que la veille en raison de la fatigue accumulée.

Pour éviter une telle spirale, il est intéressant, le soir, d’apprendre à faire la part des choses et à s’imprégner des meilleurs moments de la journée.

S’exercer tous les soirs

À cet effet, avant de se coucher, il est efficace de prendre une feuille de papier et de la séparer verticalement en deux colonnes. Dans l’une de ces colonnes, on note les éléments négatifs de la journée. Dans l’autre, les éléments positifs car, même lorsque les temps sont durs, si on y prête garde, il existe des moments agréables : on a laissé traverser un enfant au niveau d’un passage protégé et il nous a remercié, un échange avec un voisin a été très sympathique, un entretien avec une collègue en difficulté que l’on a pu aider, un enfant qui a eu une bonne note…

Parmi ces éléments positifs, on repère les trois plus significatifs à nos yeux et, lorsque l’on se couche, on se force à penser à ces trois éléments.

Après quelques jours, on se sent mieux, et au bout de quelques semaines, le gain, en terme de sérénité, est très significatif !

Écrire aussi bien les éléments négatifs que positifs

Avec ce principe, on peut aller jusqu’à améliorer des troubles psychosomatiques. En revanche, il faut prendre le temps de l’écrire. Souvent, on me dit, j’y pense. Eh bien, si l’on y pense seulement, c’est moins efficace.

Il convient aussi de remarquer que ce principe peut s’appliquer dès l’adolescence et jusqu’à un âge très avancé. Chez les enfants en bas âge, victime d’un certain niveau de stress, il peut être intéressant de leur faire raconter leur journée et, une fois le récit terminé, de faire une sorte de synthèse en reprenant les trois points les plus positifs.

Dans cette méthode, nous relevons également les expériences négatives de la journée. En effet, l’équilibre émotionnel est essentiel. Nous insistons davantage sur les émotions positives mais notre inconscient se rendrait compte que nous le trompons en passant sous silence les moments difficiles. Et la méthode serait moins efficace.

 

Smylife_logo

Une expérience enrichie grâce au numérique

Smylife est une application très simple qui permet de façon ludique et efficace de mettre en pratique cette méthode. Le petit carnet est remplacé par votre smartphone, qui est toujours près de vous, pour noter les expériences de la journée, permettre de les classer par importance, en conserver la mémoire pour revenir sur les plus belles. Les alertes vous aident à vous organiser et à ne pas oublier de pratiquer l’exercice au quotidien. Un baromètre très simple vous permet de mesurer votre bien-être et sa progression.

Smylife est un exercice simple, efficace et éprouvé.

Entraînez-vous quotidiennement. Les effets positifs sur votre bien-être seront visibles au bout de quelques jours et très perceptibles au bout de deux à trois semaines.

 

Bien sûr, Smylife ne demande qu’à s’enrichir de vos idées et expériences dans ses prochaines versions !